Technologie de batteries : alternatives au lithium recherchées

Pour que l'électromobilité s'installe, des alternatives à la technologie de batteries actuelle sont également nécessaires. En effet, les batteries lithium-ion sont controversées. Les batteries au magnésium pourraient les remplacer à l'avenir.

Texte : transport-CH / Photo : Innolith

Si l'on parle aujourd'hui d'un véritable « boom de l'électromobilité » et si la Suisse, par exemple, s'est pleinement engagée sur cette voie avec sa « Roadmap de l'électromobilité 2022 », il y a encore des points d'interrogation derrière cette technologie :

Non seulement le réseau (encore) incomplet de bornes de recharge ainsi que l'autonomie encore très limitée – en particulier pour le trafic commercial (lourd) – ralentissent la percée des véhicules électriques. Certaines questions se posent également en matière de durabilité, notamment en ce qui concerne la technologie des batteries lithium-ion. Cette technologie est désormais pratiquement indispensable pour les systèmes de propulsion électrique des véhicules : elle peut être chargée très souvent (grande stabilité de cycle) et a une capacité relativement élevée en termes de volume et de poids par rapport aux autres types de batteries.

Point d'interrogation concernant la durabilité

Les batteries des véhicules électriques semblent donc avoir un cycle de vie plus long que ce qui est généralement suggéré. Néanmoins, la question du recyclage se pose lorsque les piles ont atteint la fin de leur vie utile.

Mais surtout, les matières premières nécessaires aux batteries lithium-ion (lithium/cobalt) sont extraites en Amérique du Sud et en Afrique dans des conditions parfois inhumaines et avec de graves dégâts environnementaux. De plus, les batteries lithium-ion endommagées brûlent à des températures énormes en cas de court-circuit.

Accumulateurs au magnésium

C'est la raison pour laquelle la recherche travaille intensivement sur des alternatives à la technologie des batteries lithium-ion. Les experts considèrent la batterie au magnésium comme l'une des alternatives les plus prometteuses pour l'utilisation du stockage d'énergie dans les véhicules, notamment parce que le magnésium comme anode a une densité énergétique plus élevée que le lithium et - comme le sodium pour le stockage stationnaire - peut être obtenu sans problème. Le fait que le magnésium soit également disponible en grandes quantités rend l'approche encore plus intéressante.

Selon les chercheurs, la batterie au magnésium aurait des avantages significatifs par rapport aux batteries lithium-ion conventionnelles : le magnésium en tant que matériau anodique ne permettrait pas seulement d'obtenir une densité énergétique plus élevée mais serait également beaucoup plus sûr, car le magnésium n'est pas sujet aux courts-circuits et n'explose pas. « Le magnésium est un matériau prometteur et l'un des candidats les plus importants dans notre stratégie post-lithium », déclare le professeur Maximilian Fichtner du Helmholtz Institute Ulm (HIU). De plus, les accumulateurs au magnésium pèseraient moins lourd en raison de leur capacité de stockage plus élevée, ce qui aiderait l'autonomie des véhicules électriques.

Il y a encore un problème non négligeable : la durée de vie. L'ère des batteries lithium-ion dans les voitures électriques ne pourra prendre fin que lorsque ce problème aura été résolu par de nouvelles technologies et de nouveaux procédés.

 

Note : La source de cet article est un rapport du 17.01.2019 https://www.auto-motor-und-sport.de/tech-zukunft/alternative-antriebe/magnesium-batterie-fuer-das-elektroauto-der-zukunft/