Stucki Christian: Le Roi est de retour sur la route

Pour servir son employeur et mécène de longue date, Christian Stucki (34 ans), roi de la lutte, interrompt ses vacances royales. Dans une interview télévisée avec BLICK (partenaire média officiel de transport-CH), il explique pourquoi cela en vaut la peine pour lui.

Texte : Marcel W. Perren (BLICK) / Photo : Christian Pfammatter

De la cantine du fabricant bernois de produits carnés Lüthi & Portmann, s’échappent déjà à l'aube des odeurs de côtelettes et de saucisses. Tandis que de nombreux bouchers prennent ici leur petit déjeuner avec de la viande de porc juteuse, le chauffeur de camion de haut vol de l'entreprise réprime son envie de bonne chère lorsqu'il commence son travail à 7h40 du matin.

Il s'agit de Christian Stucki, le roi de la lutte, qui transporte de la viande pour le boucher de Deisswil avec une charge de travail de 60 pour cent depuis 2010.

Travailler au lieu de partir en vacances

« A mes débuts, j'ai aussi passé du temps au buffet somptueux de la cantine de l'entreprise. Mais comme cela n'a pas eu d'effet positif sur mon poids, je me limite maintenant à un Birchermüesli pour le petit déjeuner », dit « Chrigu » avant son premier jour de travail comme roi.

À l'origine, il voulait profiter de quelques jours de congé avec sa famille cette semaine. Mais à la fin de la semaine dernière, il a reçu un appel de son patron. « Il m'a dit qu'il manquait de personnel à cause de l'accident d'un chauffeur. Parce que j'ai si souvent bénéficié de la générosité et de la flexibilité de mon employeur dans le passé, j'aime intervenir maintenant ».

Le « méchant » au bon cœur enfile sa tenue de travail blanche comme neige et prend le volant du camion Iveco, qui se démarquera sur l'autoroute avec une image spectaculaire de Stucki en plein combat.

Pas d'alcool dans le sang du roi

Avant qu'il ne tourne la clé, les nombreuses fêtes depuis le couronnement de Zoug soulèvent la question de l'alcool résiduel dans le sang noble. Stucki salue en souriant : « J'ai eu peu de temps pour boire de l'alcool lors des réceptions organisées pour moi à cause de toutes ces poignées de mains et de ces selfies. Ces trois derniers jours, je n'ai pas bu une seule goutte d'alcool. Je suis toujours en mode lutteur pour le moment. Cela ne changera pas tant que je ne partirai pas en vacances avec ma famille vers la fin septembre. »

L'homme de 150 kilos se dirige maintenant vers une grande boucherie du canton de Fribourg avec son camion de 18 tonnes chargé de viande fraîche et de saucisses. « Aujourd'hui, je suis assis au volant beaucoup plus détendu que lors de ma dernière journée de travail avant les rencontres fédérales. Avec la victoire de la couronne de lutteur, je me suis vraiment senti soulagé d’un grand poids ».

Délicatesse portant son nom à la fin de la journée de travail

Stucki est maintenant arrivé chez son client à Courtepin. Il recule son véhicule rempli de viande et de saucisses jusqu'à la rampe et se balance ensuite sur un chariot élévateur, avec lequel il transporte une palette après l'autre hors du camion.

Environ 30 minutes plus tard, nous sommes déjà sur le retour vers la campagne bernoise. Stucki reprendra la même tournée dans l’après-midi. Après le travail, « Chrigu » se régale d'une délicatesse que son employeur n'a dans son assortiment que depuis son exploit héroïque il y a huit jours - un « Königs-Cervelat » (un Cervelas Royal) portant son nom.

 

Note : Vous pouvez trouver l'intégralité du rapport sous forme d'interview télévisée ici :.