« Pic pétrolier » - Prévisions difficiles

Les débats sur le « pic pétrolier » remontent aux années 1950. La question de savoir exactement quand ce pic sera atteint et combien de temps il durera est encore controversée et incertaine, notamment parce que l'industrie pétrolière elle-même traverse une période d'évolution.

Texte : transport-CH / Photo : Christian Lagerek (istockphoto.com)

Le concept de « pic pétrolier » a connu un long développement. Le « Peak Oil » (comme le terme s'appelle à l'origine en anglais) remonte aux articles scientifiques du géologue Marion King Hubbert en 1949. Hubbert lui-même avait prédit en 1974 – au cours de la « crise pétrolière » mondiale – que le maximum de la production conventionnelle serait atteint en 1995.

En revanche, l'Energy Information Administration des États-Unis suppose aujourd'hui que la production de pétrole conventionnel a atteint son « pic » en 2005 et qu'elle continuera jusqu'à ce jour (2019). En revanche, le pic de production de pétrole non conventionnel devrait être atteint entre 2050 et 2100.

Les méthodes de production non conventionnelles prennent plus d'importance

D'une manière ou d'une autre, les discussions des experts montrent à titre d'exemple que l'industrie pétrolière et les méthodes de production ont également connu une évolution constante, ce qui rend les prévisions plus difficiles. A partir des années 1950, Marion King Hubbert fonde sa théorie sur la production de « pétrole conventionnel ». Cependant, le « pétrole non conventionnel » du schiste bitumineux, du pétrole ou des sables bitumineux, du charbon, etc. joue aujourd'hui un rôle de plus en plus important. Selon le point de vue, les prévisions pour le pic pétrolier varient donc considérablement, allant de la réduction de moitié de la production de pétrole d'ici 2025 (World Energy Outlook 2018, Agence internationale de l'énergie) à 40 (BP World Energy Outlook) ou 50 ans de réserves à consommation courante (Deutsche Bundesanstalt für Geowissenschaften und Rohstoffe, 2017).

 

[Note : Ceci est le  3ieme de 7 articles sur le « pic pétrolier » qui sera publié sur transport-ch.com.]