Les constructeurs et le transport sont confrontés au débat sur le climat

« Changement climatique » - les discussions sont arrivées « au coeur de la société ». Même si les opinions sont controversées, elles sont incontestées : le développement du « débat sur le climat » influence également l'évolution des transports et des véhicules utilitaires. L'industrie est donc confrontée aux discussions, d'autant plus qu'il existe également des opportunités.

Texte : transport-CH / Photo : mise à disposition

Si l'on en croit les Académies Suisses des Sciences, la Suisse ne sera pas épargnée par le changement climatique. Au contraire, la Suisse est particulièrement touchée par le changement climatique, affirment les chercheurs dans leur rapport « Brennpunkt Klima Schweiz » / (« Focus Clima Suisse ») en 2016 (https://naturwissenschaften.ch/uuid/2b06c5fb-cc63-5e48-a6f8-4c011eb84888?r=20170706115333_1511260654_07094532-cb73-5262-aaea-e901e7ba3a51). Il y a trois ans, les chercheurs ont tenté de dresser l'état actuel des connaissances sur le changement climatique en Suisse. Les données du dernier rapport de situation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de 2013, qui sont importantes pour la Suisse, ont été utilisées comme base et complétées par des études sur l'espace alpin.

La conclusion du rapport justifie le titre dans la Neue Zürcher Zeitung NZZ du 7 novembre 2016 : « La Suisse réagit avec sensibilité ! » (https://www.nzz.ch/wissenschaft/klima/klimawandel-die-schweiz-reagiert-empfindlich-ld.126817).  Depuis 1850, la température moyenne annuelle a augmenté de 1,8 degré Celsius, soit environ deux fois plus que la moyenne mondiale (environ 0,85 degré). Les conséquences commencent déjà à se faire sentir : les glaciers se rétrécissent, la limite des chutes de neige s'élève et les phénomènes météorologiques extrêmes comme les vagues de chaleur, les fortes précipitations et les inondations sont plus fréquents.

Les risques naturels comme problème pour la planification des transports

Cette évolution a également des conséquences pour les transports et les véhicules utilitaires : les discussions sur les changements climatiques ont un impact sur l'industrie. De nombreuses entreprises réagissent et font face aux défis et aux nouveaux dangers : les changements induits par le climat sont en partie dus aux risques naturels comme des glissements de terrain, qui peuvent également affecter les voies de communication et les infrastructures de transport dans toute la Suisse. En particulier, la capacité de planifier les transports pourrait devenir un problème au cas par cas. En fin de compte, cela entraînera sans aucun doute une augmentation du coût global de la mobilité (coûts d'infrastructure plus élevés, prévisibilité, annulations, etc.).

Le « débat sur le climat » offre également des opportunités pour les transports

Cependant, le changement climatique et les discussions à son sujet ne posent pas seulement des risques. Au contraire : en mars de cette année (5 mars 2019), l' ASTAG a souligné que dans cet environnement, par exemple, l’autocar « offre une alternative écologique, économique et confortable. » « Aucun autre moyen de transport ne consomme moins d'énergie par personne. »

Selon les chiffres de la plate-forme suisse www.mobitool.ch, les autocars consomment de loin moins d'énergie par personne que les voitures, les avions et même les trains. Il en résulte également de faibles émissions polluantes. Avec un taux d'occupation moyen de 60 pour cent, l'autocar émet 41 grammes de CO2 par personne et par kilomètre. Les chiffres pour les avions sont six fois plus élevés. Et même le train consomme en moyenne plus de gaz à effet de serre par personne et par kilomètre à l'étranger que l'autocar.

Conclusion de l'ASTAG : « Vous pouvez parcourir 25 km en autocar, 20 km en ICE en Allemagne, 5 km en voiture particulière et 4,5 km en avion pour émettre un kilogramme de CO2. » De plus, les autocars contribuent à réduire le volume de la circulation. « Parce qu'un autocar remplace environ 20 voitures particulières. Il contribue ainsi à réduire les embouteillages et les besoins en places de stationnement dans les villes.

Réaction des constructeurs de véhicules utilitaires

D'autre part, les constructeurs de véhicules utilitaires ont également réagi il y a déjà longtemps : avec de nouvelles stratégies, ils luttent contre le phénomène du « changement climatique ». VW Véhicules Utilitaires, par exemple, a l'intention de « façonner le changement à l'avant-garde de notre industrie » avec sa stratégie GRIP 2025+. Rien qu'en 2019, plus de 1,8 milliard d'euros y seront investis. L'objectif est clair : « Nous passons d'un simple constructeur automobile à un fournisseur de mobilité », déclare Thomas Sedran, Président du Directoire de la marque Volkswagen Véhicules Utilitaires. GRIP 2025+ se concentre sur la protection du climat, la numérisation, les nouveaux services de mobilité et la conduite autonome. Les offres sur mesure pour les clients commerciaux et les véhicules émotionnels pour la famille et les loisirs resteront un cœur de métier important de la marque, mais seront de plus en plus complétées par des services innovants de mobilité et de transport.

Loin d'une « urgence climatique »

Le fait que l'industrie des transports et des véhicules utilitaires réagisse est sans aucun doute correct. Cependant, une chose ne doit pas être oubliée dans toutes les discussions sur le « changement climatique ». Une « hystérie climatique » n'a pas sa place. Le gouvernement du canton de Zurich l'a récemment reconnu. Dans une déclaration en date du 18 avril 2019, il a déclaré à juste titre qu' « il n'y a pas de perturbation grave du climat » - du moins rien qui puisse justifier la déclaration d'une « urgence climatique ».

 

[Supplément : Le Parlement cantonal de Zurich a soutenu les demandes de déclaration d'une « urgence climatique ». Le 13 mai 2019, le Parlement a voté à 90 voix contre 84 en faveur d'une motion.  L'« urgence climatique » a déjà été déclarée dans les cantons de Vaud, Bâle, les villes Olten et Délémont. Mais ce symbole n'avait aucune chance à Lucerne et à Bâle-Campagne. Des initiatives similaires sont également en cours dans d'autres cantons et villes. Plus de 300 villes dans le monde ont déjà déclaré la « urgence climatique », dont Los Angeles, Vancouver et Londres.]