L'électrification du marché s'accélère

Après que les représentants de l'industrie automobile et des flottes de véhicules et leurs associations ont signé la « Feuille de route pour la mobilité électrique 2022 » dès 2018, l'électrification du marché s'accélère lentement. Déjà en mars de cette année, auto-suisse a pu annoncer de nouveaux records pour de nouveaux enregistrements. Cette tendance devrait également se manifester prochainement dans le domaine des véhicules utilitaires légers, quoique de manière moins prononcée.

Texte : transport-CH / Photo : Peer A. Haupt

En Suisse, la mobilité électrique a sans aucun doute – contrairement à l'Allemagne – un meilleur bilan global de CO2 grâce au mix électrique. A l'initiative du DETEC, une large alliance – comprenant des représentants de l'industrie automobile et des flottes de véhicules et leurs associations – avait déjà mis sur pied, à la fin de 2018, un vaste programme global de promotion de la mobilité électrique en Suisse.

La barre est haute pour les voitures particulières

La feuille de route annonce l'objectif d'augmenter la part des véhicules électriques dans les immatriculations de voitures particulières neuves à 15 % d'ici 2022. Depuis lors, plus de 50 organisations et entreprises de différents domaines ont contribué à concrétiser la feuille de route et à développer des mesures dans leur sphère d'influence.

Dans une interview accordée à « 20 Minutes » en août 2018, Andreas Burgener, directeur d'auto-suisse, était encore prudemment optimiste : « L'électromobilité est un sujet médiatique majeur, cela ne fait aucun doute. Mais la réalité, c'est-à-dire les parts du marché des véhicules électriques, donne encore à réfléchir aujourd'hui ». Toutefois, on suppose que cela va changer rapidement dans les années à venir.

L'électrification du marché s'accélère

Dès le mois de mars de cette année, auto-suisse a constaté avec satisfaction que « l'électrification du marché des voitures particulières neuves prend de l'ampleur ». Sur les 22 176 véhicules rachetés pour la première fois en février, 727, soit 3,3 %, avaient un moteur purement électrique. En termes absolus et relatifs, ces chiffres représentent de nouveaux records qui pourraient vraisemblablement être encore améliorés au cours de l'année. Cette tendance devrait également se manifester prochainement – quoique de manière moins prononcée - dans le domaine des véhicules utilitaires légers.

Note: Cet article a été rédigé à partir d'une communication de l'Institut de la santé publique et des populations de l’ifo Instituts Center for Economic Studies (CES): http://www.cesifo-group.de/de/ifoHome/presse/Pressemitteilungen/Pressemitteilungen-Archiv/2019/Q2/pm_20190417_sd08-Elektroautos.html . L’étude est disponible sur: http://www.cesifo-group.de/DocDL/sd-2019-08-sinn-karl-buchal-motoren-2019-04-25.pdf