La mobilité a aussi un prix

Analyse des tendances de McKinsey & Company sur la base de l'historique de développement (Partie 2)

Le « décollage » dans le développement de la mobilité et le triomphe mondial des voitures et véhicules utilitaires à partir de 1910/20 ont apporté d'énormes avantages à l'humanité. Ils ont contribué à accroître la prospérité. Mais ils ont aussi causé à maintes reprises des coûts et des conséquences qui ont donné lieu à des discussions. Dans une étude, le cabinet de conseil McKinsey & Company met également en lumière les côtés sombres de la mobilité, car ils ont toujours été à la base du développement futur et permettent de tirer des conclusions sur les tendances.

 Texte :: transport-CH  / photo: Expotrans SA

Lorsqu'en 1896, un juge de Londres a dû se prononcer sur la première victime mortelle d'un accident de voiture au monde, il n'avait probablement aucune idée de ce à quoi l'humanité s'attendait : dans tous les cas, il a clôturé son jugement dans l'espoir de ne plus avoir à juger une telle affaire...

On ne peut pas le nier, la conséquence la plus négative de la mobilité - outre les émissions telles que le bruit et les gaz d'échappement - est sans aucun doute qu'il y a des accidents. Il y a donc des morts et des blessés, même si les constructeurs automobiles font de plus en plus d'efforts pour améliorer la sécurité routière, et il y a sans aucun doute eu des progrès considérables, comme dans le cas de la diminution constante de la pollution environnementale.

Néanmoins, plus d'un million de personnes meurent chaque année sur les routes du monde entier. Les accidents de la route sont l'une des principales causes de décès chez les moins de 30 ans, dans le monde entier.

L'infrastructure a atteint ses limites

Mais il y a aussi d'autres conséquences négatives de la mobilité croissante : l'augmentation du trafic avec peu d'infrastructures développées entraîne (partout) une congestion accrue, ce qui entraîne également des pertes de temps, une consommation de carburant inutile et des coûts d'exploitation croissants qui causent des dommages considérables à l'économie. Dans de nombreux endroits, la perte est estimée entre 2 et 5 pour cent du produit national brut. Outre les conséquences financières, les embouteillages entraînent des distances de travail plus longues, moins de satisfaction générale, de la colère et de l'anxiété, une mauvaise forme physique, l'obésité et d'autres maladies.

Les capacités de l'infrastructure qui ne suivent pas le rythme du volume de trafic risquent de se détériorer encore davantage, car les exigences élevées entraînent des dommages plus importants. Aux Etats-Unis, 2 milliards de dollars seront donc investis dans les années à venir pour stopper la dégradation ou pour améliorer l'infrastructure. En Europe aussi, les grands projets deviennent de plus en plus coûteux et se heurtent de plus en plus à la résistance ou au rejet.

Impacts sociaux à prévoir

La mobilité menace donc de diviser la société, à plusieurs égards. D'une part, ceux qui dépendent directement de la mobilité, de l’autre, ceux qui croient pouvoir se passer de la mobilité (ce qui est un sophisme.) De plus, tout se heurte à une autre ligne de conflit, d'un côté, il y a ceux qui peuvent et veulent se permettre un comportement plus écologique, et de l’autre, ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas en supporter les coûts.

Dans cet environnement tendu, notre société cherche actuellement la voie de l'avenir. À l'heure actuelle, un certain nombre d'obstacles et de problèmes subsistent qui permettent d'achever rapidement cette transition vers une nouvelle ère de la mobilité. Quelques exemples peuvent l'illustrer :

  • Le covoiturage et les services de taxi et de conduite basés sur des applications (e-hailing) rendent la mobilité orientée vers l'utilisateur plus accessible à une partie croissante de la population - en particulier aux milieux urbains généralement mieux formés. Cependant, avec une distance annuelle de plus de 5 600 km, ce qui est le cas pour la majorité des automobilistes, le prix au kilomètre de ces nouveaux services est (encore) beaucoup plus élevé que celui de leur propre véhicule. Et cela signifie que ces services sont moins utilisés. Les nouvelles formes de mobilité ne sont donc que peu à peu acceptées.

 

  • Les frais d'accès dans les centres-villes et les voies rapides payantes signifient qu'en fin de compte, seuls les mieux placés peuvent utiliser la Freedom Machine sans être gênés. Dans de nombreuses villes, le stationnement est lié au lieu de résidence dans le quartier concerné. Ceux qui n'ont pas les moyens de payer le prix (élevé) de leur logement se verront interdire le stationnement. Ces restrictions sont renforcées par les tarifs des ponts et tunnels ainsi que par la hausse des prix des transports publics, dont l'exploitation est déficitaire. Il va de soi que cela entraîne également une résistance aux nouvelles mesures d'incitation.

Ce sont ces évolutions que le secteur de la mobilité connaît actuellement et qui posent également des défis majeurs à l'industrie des véhicules utilitaires, car l'évolution future n'est pas claire. Selon les futurologues de McKinsey & Company, nous sommes actuellement en pleine transition. Et pourtant, l'avenir est largement à l'horizon, si l'on en croit les chercheurs. (Plus d'informations à ce sujet dans la 3ème et 4ème partie de l'étude).   

 

Note : À bien des égards, l'histoire de l'automobile et du véhicule utilitaire, respectivement, et l'histoire du XXe siècle étaient une seule et même histoire. C'est l'histoire du progrès, avec tous les compromis qu'il a permis de faire face aux évolutions indésirables : des coûts de transport réduits, un confort accru et une expérience du consommateur nettement meilleure, ainsi que des risques pour la sécurité humaine et des effets néfastes sur notre environnement commun. Le développement émergent suit le même chemin. Le cabinet de conseil McKinsey & Company a donc jeté un regard complet sur l'histoire de la mobilité et ose faire des prévisions pour l'avenir. Nous résumons l'étude ici pour vous dans 4 articles. https://www.mckinsey.com/industries/automotive-and-assembly/our-insights/mobilitys-second-great-inflection-point