Diesel : « sous réserve » malgré les réserves de pétrole

Alors que le début des années 2000 était encore marqué par un débat continu sur la diminution des réserves pétrolières, des voix se font également entendre en faveur d'une augmentation des ressources et des réserves pétrolières. Cela aurait des conséquences considérables pour les véhicules de transport et les véhicules utilitaires, d'autant plus que la technologie diesel a également fait de grands progrès. Néanmoins, les professionnels de la logistique et du transport sont sceptiques quant à la propulsion diesel – principalement à cause des interdictions de conduire imminentes.

 Texte : transport-CH  / Photo : mise à disposition

 Jusqu'en 1974, le géologue Marion King Hubbert, qui est généralement considéré comme le « père du pic pétrolier », prévoyait que la production maximale de pétrole conventionnel serait atteinte en 1995. Ces prévisions s'inscrivent dans le contexte de la première et de la plus importante crise des prix du pétrole à l'automne 1973, lorsque l'Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (OPAEP) a délibérément réduit sa production d'environ 5 % pour faire pression sur les pays occidentaux. Le 17 octobre 1973, le prix du pétrole est passé d'environ trois dollars américains le baril (159 litres) à plus de cinq dollars. Cela correspond à une augmentation d'environ 70 %. Au cours de l'année suivante, le prix du pétrole dans le monde est même passé à plus de douze dollars US le baril.

Outre les conséquences économiques, l'évènement a également déclenché une discussion sur la dépendance de l'Occident à l'égard du pétrole. Il va sans dire que les transports et les véhicules utilitaires, ainsi que la circulation en général, sont encore aujourd'hui au centre de ces discussions. Ce n'est pas un hasard si les politiciens ont réagi à la crise avec des « dimanches sans voiture ».

La discussion sur l'atteinte du pic pétrolier s'est poursuivie au début du XXIe siècle. Sous l'égide du géologue pétrolier britannique C.J. Campbell, l'Association for the Study of Peak Oil and Gas (ASPO) a été créée en 2002. L'ASPO a dressé un tableau extrêmement pessimiste et a daté le pic de la production mondiale de pétrole conventionnel à l'année 2005, comme en témoigne la production de pétrole de la mer du Nord, qui avait déjà atteint son maximum en 1996 avec environ 260 millions de tonnes et avait chuté à 107 millions de tonnes en 2015. Cependant, l'industrie pétrolière mondiale évoluait déjà dans la direction opposée à l'époque.

Accroître les réserves et les ressources

Les chiffres publiés par l'Institut fédéral allemand de l'économie et de la technologie partent du principe que 241 milliards de tonnes de réserves de pétrole sont techniquement et économiquement récupérables. Les réserves de pétrole n'ont cessé d'augmenter : 1940 : 6 milliards de tonnes, 1980 : 88 milliards de tonnes, 2000 : 140 milliards de tonnes, 2013 : 219 milliards de tonnes.

Les ressources pétrolières prouvées ou géologiquement possibles s'élèvent ainsi à 448 milliards de tonnes. Toutefois, ils ne sont actuellement pas récupérables, que ce soit pour des raisons techniques ou économiques. Cependant, il est également connu que les informations sur les réserves doivent être traitées avec la plus grande prudence, car elles sont traitées comme des « secrets d'Etat » ou délibérément manipulées par des Etats pour des raisons politiques, économiques ou financières.

Les professionnels de la logistique sceptiques face aux interdictions de conduire

Ce scepticisme se reflète aujourd'hui également dans l'industrie du transport et de la logistique elle-même en ce qui concerne le « diesel », même si la technologie diesel a fait des progrès et que l'on constate une évolution. Selon l'enquête menée en ligne par l'institut d'études d'opinion IfaD auprès de 2 680 professionnels internationaux de la logistique à l'approche de la logistique du transport en 2019, le moteur diesel est sous pression – et de nombreuses entreprises le sont aussi :

28 pour cent des personnes interrogées ont déclaré que les interdictions de conduire (au diesel), par exemple, mettraient en danger la rentabilité de leur entreprise. Seulement 33 pour cent d'entre eux utilisent déjà des variateurs alternatifs dans leur entreprise. Cependant, pas moins de 41 pour cent d'entre eux souhaitent intégrer des systèmes de propulsion alternatifs dans leur parc de véhicules dans un avenir proche. Onze pour cent veulent moderniser les véhicules existants. Au total, 54 pour cent des personnes interrogées affirment que leur entreprise investira dans de nouveaux véhicules.

  

P.S. La section suisse de l'ASPO a été dissoute fin 2018.

 

[Note : Ceci est le  4ieme de 7 articles sur le « pic pétrolier » qui sera publié sur transport-ch.com.]