Changement climatique : l'évolution d'un problème

Bien que les conséquences des gaz à effet de serre aient déjà été étudiées par les scientifiques au XIXe siècle, le réchauffement de la planète a été considéré, jusqu'à la fin des années 1970, comme largement hors de propos dans les zones à problèmes mondiaux. Ce n'est que dans les années 1980 que les dangers ont été abordés et que la recherche s'est intensifiée. En 2014, plus de 220 000 études climatiques avaient été publiées. 97 pour cent des climatologues s'accordent aujourd'hui à dire que le changement climatique est dû à l'homme.

Texte : transport-CH / Photo : Gerd Altmann (pixabay.com)

Dès 1824, un physicien français publie ses premiers résultats sur le réchauffement dû à  l'effet de serre, mais sans en identifier de sources claires. Après une étude des glaciers en Suisse au milieu des années 1860, l'Anglais John Tyndall soupçonnait que les gaz à effet de serre comme la vapeur d'eau et le dioxyde de carbone pouvaient être en partie responsables des mouvements des glaces. Le Suédois Svante Arrhenius a émis l'hypothèse pour la première fois à la fin du 19ème siècle que l'enrichissement en CO2 causé par l'homme pouvait contribuer au réchauffement climatique et il l'a vu sous un jour positif : « l'augmentation du CO2 permettra aux futurs êtres humains de vivre sous un ciel plus chaud ».

Le refroidissement d'il y a 50 ans a été suivi d'un réchauffement

Jusqu'au milieu des années 1950, on pensait que les océans absorberaient le dioxyde de carbone dans une mesure peu susceptible de s'accumuler dans l'atmosphère. En 1958, cependant, des mesures effectuées sur le mont Mauna Loa à Hawaii ont prouvé que la teneur en CO2 de l'atmosphère augmentait. Les premiers calculs informatiques ont montré une augmentation de la température d'environ 1 degré pour l'an 2000.  En réalité, cependant, les températures moyennes mondiales ont continué de baisser jusqu'au milieu des années 1970, annonçant même l'imminence d'une ère glaciaire. Cependant, d'autres chercheurs craignaient déjà à l'époque que le refroidissement se termine dans une dizaine d'années et qu'un « réchauffement climatique » commence.

Première conférence sur le climat : changement climatique comme « problème grave »

Avec la 1ère conférence mondiale sur le climat en 1979, le changement climatique a été porté à l'attention du public en tant que « problème grave », ce qui a permis à la recherche internationale sur le climat de faire une percée. La même année, devant le Sénat américain, l'Académie américaine des sciences a établi un lien entre l'augmentation des émissions de CO2 et un réchauffement climatique important, même si l'on ne prévoiyait pas d'effets significatifs avant des décennies.

La recherche sur le climat s'est intensifiée dans les années 1980. Par exemple, des carottes de glace au Groenland ont été utilisées pour déterminer que les températures plus chaudes au cours de l'histoire de la Terre étaient associées à des concentrations plus élevées de CO2 dans l'atmosphère.

Enfin, en 1988, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), dirigé par le gouvernement Reagan, a été créé dans le but de rassembler les rapports et les recommandations de tous les grands scientifiques mondiaux de la climatologie.

Rapports internationaux réguliers sur le climat

Dans le premier rapport d'étape du GIEC publié en 1990, il était question d'une augmentation mondiale de la température. Cependant, il n'existe que des « preuves empiriques limitées » du changement climatique dû à l'homme. Ce n'est qu'en 1996, dans le deuxième rapport d'évaluation du GIEC, que l'on a supposé, sur la base de l'évaluation des données, que l'homme exerçait une « influence notable » sur le climat.

Alors que les scientifiques avaient encore formulé l'objectif de ne pas dépasser une augmentation d'un degré au milieu des années 1980, dix ans plus tard, l'objectif de deux degrés de la science et de la politique, qui est aujourd'hui universellement reconnu, a été adopté. Cet objectif repose sur l'hypothèse que si le réchauffement de la planète devait dépasser deux degrés, des points de basculement seraient atteints, ce qui aurait des conséquences négatives irréversibles dont les effets seraient difficiles à évaluer.

Les doutes dans le domaine de la science ont été largement dissipés

Dans son 3e rapport en 2001, le GIEC a quantifié l'ampleur de l'impact humain sur le changement climatique. Dans le 4ème rapport, en 2007, la cause principale du réchauffement climatique avec une probabilité de plus de 90 pour cent était la production « très probable » de gaz à effet de serre par l'homme. Dans le 5e rapport en 2013, l'influence humaine était alors décrite comme « extrêmement probable ».

Le consensus scientifique sur le changement climatique est que le climat de la Terre se réchauffe et continuera de se réchauffer. Il est probable que 95 pour cent de ces émissions soient dues principalement aux gaz à effet de serre (combustion de combustibles fossiles et production de méthane par le bétail) et à la déforestation.