A la recherche de l'atelier du futur

L'Université de Saint-Gall (HSG), en collaboration avec l'Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA), a étudié quelles technologies et processus numériques rendent les ateliers plus efficaces. Parce que l'automobile ne cesse de s'améliorer - grâce aux technologies modernes, aux outils numériques et à la mise en réseau croissante. Comment les garages suisses peuvent-ils devenir encore plus efficaces dans le cadre de la numérisation ?

Texte/photo : UPSA

Quiconque vend, entretient et répare des véhicules automobiles depuis près de 100 ans et soutient une clientèle de plus en plus exigeante en tant que consultant compétent, connaît ses processus et sait exactement ce qu'il fait. Et pourtant : Qui peut suivre le rythme effréné de la vie quotidienne et se tenir au courant des nouvelles aides numériques ?

La numérisation met en réseau les véhicules et les fournisseurs de services de mobilité, augmente le confort et la sécurité et permet de nouveaux types de ventes. « L'industrie automobile parle beaucoup de nouvelles technologies, de moteurs alternatifs, de nouveaux canaux de distribution, de nouvelles formes d'utilisation et de réseaux de données. Moins de gens entendent et lisent parler des améliorations numérisées et efficaces des processus d'atelier », explique Markus Aegerter, membre de la direction de l’UPSA. « C'est pourquoi nous voulions savoir ce qui est déjà sur le marché aujourd'hui à cet égard et ce qui pourrait encore être possible. »

Analyse de marché de l'Université de Saint-Gall (HSG)

Une analyse de marché réalisée par quatre étudiants de l'Université de Saint-Gall (HSG) commence ici. Sous la direction du professeur Andrea Back, directeur de l'Institut des systèmes d'information de l'Université de Saint-Gall, ils ont réalisé une analyse de marché approfondie, défini les processus d'atelier et conçu un ensemble de mesures concrètes. « Les processus dans les garages que nous avons examinés sont plus ou moins identiques », explique Fabienne Rudolf, étudiante. « Mais nous avons remarqué des discontinuités dans les médias dans de nombreuses entreprises, par exemple. » Une rupture de média est un processus de traitement de l'information lorsque le contenu est transféré d'un média à un autre et doit être généré à nouveau. « Beaucoup de choses sont capturées à la main, puis transférées sur un autre support. » C'est inefficace. « Les logiciels individuels qui ne communiquent pas entre eux sont également inefficaces. Stieger Software, par exemple, offre une solution uniforme avec environ 850 interfaces. » explique l'étudiante Pascale Inauen à l'aide d'un exemple concret.

Les quatre étudiants ont mené cinq entretiens approfondis d'experts pour leur analyse de marché, se sont entretenus avec huit représentants de l'industrie des fournisseurs au Salon de l'automobile de Genève 2019 et ont visité quatre garages de tailles différentes. À partir de là, ils ont défini les processus d'exploitation d'un garage et examiné diverses technologies numériques qui peuvent être utilisées pour accroître l'efficacité. Ils ont évalué ces technologies en fonction de critères tels que la rapidité d'exécution, la force d'innovation, le gain de temps, les coûts de mise en œuvre et la taille de l'entreprise. Toutes les technologies ne sont pas adaptées de la même manière à chaque type d'opération.

45 propositions élaborées

Le résultat est considérable : 45 propositions au total ont été élaborées. Les étudiants ont rencontré des aides technologiques telles que le chat box (actuellement pour prendre rendez-vous, à l'avenir peut-être aussi pour des instructions de réparation), Connected Car Repair (évitant la duplication en mettant en réseau tous les équipements d'atelier), Augmented Reality et des scanners de véhicules. « Ces outils existent tous sur le marché », explique Pascal Inauen.

Mais les étudiants n'en sont pas restés là, ils ont aussi développé des technologies possibles qui n'existent pas encore. Inauen : « Lors de nos visites de garages, nous avons découvert que les plates-formes élévatrices sont souvent un facteur d'engorgement. Lorsque l'ingénieur mécatronicien est occupé avec un véhicule, il doit vérifier si l'ascenseur est encore occupé ou est déjà libre. Cela coûte du temps à chaque fois et interrompt le travail. » Un réseau numérique, qui lui montrerait sur son plateau que la plate-forme élévatrice est libre, augmenterait l'efficacité ici.

Markus Aegerter est très satisfait du travail des étudiants HSG. « Tout garagiste qui se penche sérieusement sur le sujet trouvera l'une ou l'autre idée qui lui permettra de rendre son entreprise plus efficace et d'augmenter la qualité de service pour ses clients » et il regarde déjà un peu plus loin : « L'utilisation des nouvelles technologies est importante. Mais à moyen et long terme, le garagiste a aussi besoin de nouveaux secteurs d'activité. » Le secteur dynamique a encore beaucoup à faire.

Les 45 propositions de l'équipe HSG seront publiées par l'Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA) dans la revue spécialisée AUTOINSIDE et sur le portail Internet www.agvs-upsa.ch dans les mois à venir.