Il y aura aussi des moteurs à combustion à l'avenir.

Dominique Kolly, Président du Comité d’organisation transport-CH

Les technologies d'entraînement alternatives sont « en vogue ». C'est une bonne chose : Parce que le monde ne s'arrête pas. Et ce ne sont que de nouveaux développements qui ont propulsé l'humanité vers l'avant à maintes reprises. Mais le fait que les moteurs à combustion (et la technologie diesel en particulier) soient tombés dans une telle déconsidération ne peut donc pas être justifié. Bien au contraire.

Les experts supposent que les moteurs à combustion resteront l'option dominante - en partie parce qu'ils sont devenus plus écologiques et que les carburants synthétiques pourraient résoudre le problème des ressources.

Les chiffres d'auto-suisse montrent également que, malgré toute la joie que nous procurent les nouvelles technologies d'entraînement (alternatives), nous dépendons toujours des moteurs à combustion : La baisse de la part du diesel dans les ventes totales s'est ralentie depuis la fin du premier trimestre, et la confiance dans le moteur diesel économique semble avoir été restaurée.

Les moteurs à combustion sont toujours en vogue

Non seulement les véhicules diesel, mais aussi les moteurs à essence sont toujours en vogue. Il serait donc présomptueux de parler d'un « electro hype ». Les moteurs à combustion (essence et diesel) ont une trop longue tradition pour disparaître aussi rapidement.

Un moteur diesel, comme le moteur à essence, est un moteur à combustion. Sa caractéristique est l'auto-allumage du carburant injecté dans l'air de combustion comprimé. Contrairement aux moteurs à essence, le processus de combustion diesel n’aspire que de l'air. La température élevée générée pendant la compression est suffisante pour évaporer le carburant et enflammer le mélange. Avec les filtres à particules et la technologie SCR, les moteurs diesel sont propres et consomment toujours moins de carburant et émettent moins de CO2 que les véhicules à essence, à condition qu'ils ne soient pas manipulés. Il n’est donc pas opportun de diaboliser la technologie diesel.

Combustibles synthétiques pour moteurs à combustion interne

Cependant, les combustibles fossiles (essence/diesel) sont fondamentalement limités. Toutefois, des carburants synthétiques pourraient bientôt être utilisés à la place. En Suisse, les carburants entièrement synthétiques sont désormais sous les feux de la rampe après que les scientifiques de l’école polytechnique fédérale de Zurich ont présenté leur propre installation solaire qui produit des carburants liquides synthétiques. La mini raffinerie solaire est située sur le toit de l'EPF Zurich. Elle sépare le CO2 et l'eau de l'air ambiant et utilise l'énergie solaire pour la séparation. Cela produit ce qu'on appelle du gaz de synthèse (Syngas), un mélange d'hydrogène et de monoxyde de carbone. Ce Syngas peut à son tour être transformé en kérosène, en méthanol ou en d'autres hydrocarbures - et sert ainsi de base aux carburants importants.

Quoi qu'il en soit, le moteur à combustion reste la technologie de propulsion dominante. La consommation et les émissions sont continuellement optimisées : L'augmentation de l'efficacité, mais aussi l'hybridation, contribuent au fait que les moteurs à combustion sont toujours en vogue.

A l'occasion de transport-CH qui se tiendra cette année du 14.11. au 17.11.2019 à Berne, outre des véhicules équipés de technologies de propulsion alternatives, seront donc également exposés des véhicules de différents exposants dotés de la technologie diesel propre la plus récente.

 

Informations sur l’auteur : Dominique Kolly (52) est Président du CO transport-CH depuis son premier événement. Le propriétaire et directeur général de G. Kolly SA au Mouret est, entre autres, membre du Comité central de l’UPSA, où il dirige la division « Véhicules utilitaires ».